Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 17:22

Enfin des bonnes conditions prévues et une météo au beau ! cool

Nous devions monter au dôme de Polset mais au dernier moment nous avons appelé le refuge des conscrits où le sympathique gardien pouvait nous accueillir, c'est donc parti pour les Dômes de Miage.

Départ de Chambéry, camp de base au camping du lac Carouge, pour le Cugnon juste à côté des Contamines en Haute Savoie, 1h30 de route.

Déjà pas mal de voitures sur le parking, il va y avoir du monde en montagne, un peu normal après ce très mauvais début de juin.
La montée au refuge de Tré la Tête est une formalité, une grosse heure dans un sentier facile et forestier. Eau disponible en abondance là haut, petite pause repas.

Nous prenons ensuite la direction du glacier de Tré la Tête, le sentier devient plus escarpé et des dalles lisses sont piégeuses, quelques chaînes aident dans les passages plus difficiles. Il faut ensuite descendre sur le glacier, c'est le moment où nous chaussons les Nepal, nous planquons nos chaussures de rando sous un rocher, nous les reprendrons le lendemain à la descente !!!

La partie basse du glacier est totalement couverte de pierres, les crevasses sont bien fermées et la progression est facile, quelques cairns jalonnent le parcours. On peut monter plutôt sur la gauche ou carrément sur le milieu, cela revient au même.

La montée est longue jusqu'au pied des séracs de Tré la Grande. A cet endroit 2 options possibles :
- Mettre les crampons, s'encorder et remonter sur la gauche des séracs, pente facile et glace vive, il faut contourner les nombreuses crevasses bien visibles, remonter sur le haut du glacier qui est plat et on est juste à l'aplomb du refuge.

- Monter par un passage en échelles, assez vertigineux, nous avons mis casques et baudriers (petit assurage sur longe si nécessaire, pratique quand on croise du monde qui descend !) ensuite on rejoint un sentier assez raide qui remonte jusqu'au refuge, nous finissons dans de gros névés, il reste encore beaucoup de neige dès 2400m.

Le refuge des Conscrits est magnifique, une centaine de places disponibles, un très bon accueil, propre, état neuf. Nous nous posons un instant, un coup d'oeil à la carte IGN pour repérer les sommets  que nous contemplons. Nous nous installons et allons repérer un peu le départ pour le lendemain matin, la trace est bien visible et commence  dans des névés, nous ne marcherons quasiment pas sur le rocher.


Bon repas, très bonne nuit (rare en refuge, nous étions finalement 2 dans un dortoir de 8, quelle chance!) et gros petit déjeuner à 3h30.

Départ à 4h20, nous partons encordés et avec les crampons, et doublons rapidement quelques cordées plus nombreuses et forcément plus lentes. La trace est bien faite, nous rejoignons le glacier, pas de problème, bien bouché, bon regel nocturne, progression très facile dans la neige dure. Direction le Col infranchissable, 2 heures pauses comprise pour le rejoindre. A cet endroit il faut tirer à droite au pied de l'aiguille de Tré la Tête, retraverser le glacier qui est plat à cet endroit et rejoindre le pilier rocheux du Dôme oriental, de là remonter en direction du Col des Dômes tout droit, ainsi on évite les crevasses du pied du couloir du Col des Dômes.

Col des Dômes, 3500m ! Whaouuuuu, le soleil se léve et un peu de vent aussi, ça caille pas mal, belle vue sur Bionassay, l'arête des Bosses et le Mont Blanc, pas mal de monde à 4810 !! coucou !


Nous de ferons pas le Dôme Oriental et prendons la direction des 2 autres  pour une traversée superbe sur une arête en très bonne condition, assez effilée et quelque peu vertigineuse !

Premier Dôme, deuxième Dôme, c'est époustouflant de beauté, nous bombardons avec l'appareil photo ! Longue descente assez raide sur le col de la Bérangère; belle vue sur le glacier de l'Armancette.

 Du col de la Bérangère, une arrête éffilée en mixte monte jusqu'à l'aiguille du même nom, la neige est assez molle, il est déjà près de 10h00, nous mettrons du temps à atteindre ce sommet, en effet tout faux pas est interdit, nous préférons par endroit tirer une petite longueur, en effet il y a par endroit pas plus que la largeur d'un pied et 1000m de vide à droite et 500m à gauche, gloups.

Cette arête serait bien plus simple si elle était séche; bref  nous arrivons au sommet et la descente sur l'autre face est très facile, nous piquons droit sur le refuge en courant dans la neige molle, c'est loooooooooooong.

Une bonne pause repas au refuge, on se change, il fait très chaud. Il faut maintenant prendre le chemin inverse et redescendre l'interminable chemin qui nous a conduit ici sans oublier de récupérer les godasses au pied du glacier !

Content de retrouver la voiture, des images plein la tête, des instants inoubliables. Retour à Chambéry le coeur léger ! Retour ensuite en Auvergne en train pour Aurélien

Partager cet article

Repost 0
Published by Oliv et Aurel - dans Alpinisme Mont-Blanc
commenter cet article

commentaires

jérôme 22/03/2010 19:35


Merci pour toutes ces informations très utiles. Je pense que je reviendrais vers toi lorsqu'on sera décidé de se lancer pour cette rando.

En tout cas, merci.


Jérôme

PS: Par "niveau recommandé", je voulais savoir s'il fallait avoir une certaine expérience sur ce type de parcours...


Olivier 24/03/2010 22:06


ok
C'est un itinéraire magnifique, idéal pour débuter l'alpinisme, mais assez parcouru.
bonne préparation!


jérôme 21/03/2010 21:25


Bonjour,

joli reportage pour une jolie randonnée.

J'aurai simplement voulu savoir quel était selon toi le niveau recommandé pour effectuer cette randonnée? En effet, je cherche a effectué l'ascension de sommets de plus de 3000m mais je n'ai encore
jamais réalisé de randonnée ou de marche sur neige ou glacier (altitude moyenne 2400m).

Merci de tes conseils


Olivier 21/03/2010 22:50


salut,

Alors je vais te répondre du mieux que je le peux, mais cela reste un avis parmi d'autres.
Déjà la cotation donnée pour la traversée des dômes de miage est F (donc facile), cela signifie qu'il n'y a jamais de l'escalade proprement dite, cela reste en grande partie de la marche mais avec
:
- une partie sur glaciers (apprends à maîtriser l'encordement, le cheminement à proximité d'éventuelles crevasses),
- une progression sur arête (effilée à certains endroits donc tu dois maîtriser parfaitement le cramponnage et l'encordement)
- l'altitude influence les dispositions physiques donc il vaut mieux être correctement entraîné (ça c'est toi qui te connaît, faire des randos de D+ 2000m par exemple) car l'ensemble de la course
est relativement long même si l'altitude est "modeste". Plus t'es rapide en haute-montange mieux c'est!
- des conditions d'enneigement qui peuvent changer selon la période de l'année (par exemple lorsque nous avons fait cette ascension, il y avait encore beaucoup de neige suite à l'hiver-printemps
2008 et le passage de l'aiguille de la Bérangère était plutôt étroit, ce doit être plus facile un peu plus tard dans la saison.


Pour être "prêt" pour débuter sur ce genre d'itinéraires, il faut partir dans l'esprit qu'il n'y aura pas de trace/ni d'autres alpinistes (ce qui est peu souvent le cas sur ce genre d'itinéraires
mais bon...) donc être autonome pour s'orienter et progresser. Et surtout tu pourras bien profiter.

Je te donne quelques pistes, d'ailleurs essayes  d'amener le matériel UTILE, le poids reste un inconvenient même si ce n'est pas décisif sur ce type d'ascensions.

Hésites pas à me demander des précisions si je n'ai pas vraiment répondu à tes questions.
d'ailleurs, que signifies-tu par "niveau recommandé"?