Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 19:08

 

Course: Pointe Puiseux du Pelvoux, 3943m

Itinéraire: Refuge du Pelvoux et couloir Coolidge en aller et retour

Cotation: PD

Principales difficultés et remarques: Couloir Coolidge, pente jusqu'à 40° sur la fin, chutes de pierres dans le couloir

Météo:

-Samedi grand beau chaud

-Dimanche, matin beau venteux puis orage et pluie à partir de 10h00

Conditions: reste des névés pour montée au col de Sialouze, glacier bien bouché, couloir en excellente condition.

Dénivelée:

- Jour1: 1200m

- Jour2: 1150m

Horaires:

2h30 pour le refuge du Pelvoux

3h00 pour le sommet

Equipement:
Piolet indispensable pour le couloir, ça passe avec un seul

 

 

 

Olivier en parlait depuis longtemps de son Pelvoux et de son fameux couloir Coolidge et bien il l'a eu !!!
Cette course côté PD a tenue toutes ses promesses.
                                     Le Pelvoux vu depuis le Glacier Blanc le 14 juin 2008

Montée au refuge du Pelvoux, 2704m

Dénivelée:1200m
Temps de montée: 2h55
Météo: grand beau toute la journée, chaud

Nous partons du parking d'Ailefroide, direction le refuge du Pelvoux. Le sentier est très bon dès le départ, il monte en pente douce dans la forêt de mélèzes et le long d'un torrent, ensuite il s'élève sur les pentes de droite, les contreforts du Pelvoux. A 1993m nous arrivons à un carrefour, à gauche direction le refuge du Sélé, à droite le Pelvoux, le sentier grimpe un peu plus mais reste très bon et fait de belles épingles ( un peu avant le carrefour il y a un très bon point d'eau dans un petit bac en bois à côté du sentier).
Aucun passage délicat, le sentier arrive sans difficulté au refuge dans un univers très minéral, la vue est imprenable sur le vallon du Sélé, on domine nettement le refuge du même nom. Au dessus du refuge du Pelvoux se dresse les pentes du Pelvoux et les séracs du Clot de l'homme.
                       Arrivée au refuge du Pelvoux avec une vue imprenable sur le vallon du Sélé

Nous arrivons tôt au refuge, en début d'après midi, nous nous installons, mangeons et nous nous reposons un moment.
Nous décidons ensuite d'aller reconnaître le début de la course du lendemain.
Il y a un petit passage en rocher dès le départ au dessus du refuge, très facile et court, ensuite on prend pied sur la moraine qui grimpe raide tout droit sous le glacier du Clot de l'Homme.
                             La moraine et le refuge en contrebas

Arrivé au sommet le sentier part sur la gauche pour traverser rapidement sous les séracs, pas de gros dangers, quelques pierres descendent mais n'arrivent pas jusqu'au sentier, il faudrait vraiment une grosse purge des séracs perchés pour risquer quelque chose, de toute façon le passage exposé est très court.
Nous n'irons pas plus loin, la trace est bien faite sur les premiers névés qui suivent la traversée sous les séracs.
                             L'itinéraire à suivre après la moraine jusqu'au col de Sialouze

                            Vue de satellite sur la première partie de l'itinéraire (1h30)

                         L'itinéraire global pour l'ascension du pelvoux par la voie normale


Ascension de la pointe Puiseux par le couloir Coolidge.
Denivelée: 1250m
Heure de départ: 3h25
Heure au sommet: 7h00
Temps de descente jusqu'au refuge: 2h00

Nous voilà donc partis sur nos traces de la veille, sur les premiers névés nous ne mettons pas les crampons, le regel est assez correct et la neige porte bien, le deuxième névés aurait mérité qu'on les mette mais rapidement on retrouve une partie en éboulis qui monte quasiment jusqu'au col de Sialouze.
Une fois sur le glacier, nous cramponnons et nous nous encordons, le glacier est bien bouché, aucune trace de crevasses. Nous montons le long de sa rive gauche pour rejoindre le pied du couloir Coolidge, l''approche est assez longue et usante.
                                     Aurélien au départ du couloir Coolidge (au second plan)

Arrivé sur la partie raide, entre 35 et 40°, il faut faire attention aux nombreuses chutes de pierres qui proviennent des cordées au-dessus mais aussi des roches à droite et à gauche, casque fortement conseillé. Le couloir est en très bonne condition, regel juste correct mais quasiment pas de mixte, tout se fait en neige. Nous progressons  rapidement devant 2 cordées italiennes, tout le monde joue bien le jeu signalant chaque pierre.
Un incident tout de même, la gourde d'Aurélien a dévissée, 400m de chute, nous ne la retrouverons jamais, ça a bien fait rigolé les Italiens !!!

                                                    La sortie du couloir Coolidge

Nous sortons rapidement sur le plateau du Pelvoux, cueillis par de fortes rafales de vent mais aussi par le soleil qui se léve, le spectacle est magnifique.

 L'arrivée sur le plateau-glacier du Pelvoux avec le sommet au loin
                                           Un rayon de soleil....

Nous continuons sans difficulté sur la gauche en direction de la pointe Puiseux, sur une pente de neige facile, le manque d'oxygéne se fait un peu sentir mais la motivation fait le reste et s'est très fiers que nous arrivons au sommet à 3943m.
             La cordée au sommet de la pointe Puiseux (3943m), la plus haute du Pelvoux! Enfin....











  










                  Pose photo devant le surprenant plateau du Pelvoux (le Petit pelvoux en arrière plan)







La vue est imprenable sur tout le plateau du Pelvoux, la face sud de la Barre des Ecrins, le Pic Coolidge, le Pic sans nom, les Ailefroides, les Bans, etc, un 360° superbe et très venté.
Le mauvais temps approche...








                                                                            







Nous nous attardons un petit quart d'heure au sommet
avant de redescendre par la même voie alors que les
autres cordées continuent pour la traversée du Pelvoux.












Le couloir se redescent très bien, la neige est ramollie, nous croisons une cordée de 3 qui sont encore au milieu, ils ont vraiement l'air de souffrir, malheureusement ils seront pris dans l'orage ! Nous descendons rapidement et quelques gouttes tombent déjà, 2 bons coups de tonnerre raisonnent derrière nous et nous pensons immédiatement à ceux qui sont encore là haut, ça ne doit pas être top, bref nous nous dépêchons de rejoindre le refuge avant de finir trempés, il était temps, le mauvais temps est bien installé, il pleut fort.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oliv et Aurel - dans Alpinisme Ecrins
commenter cet article

commentaires