Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 16:22

Rendez-vous avec la difficulté à Buoux dans le département du Vaucluse (84). Le temps annoncé à Gap n’est pas extra alors nous (Olivier et Théo) décidons d’en profiter pour partir dans le Lubéron à la rencontre de ce site, haut-lieu de l’escalade dans les années 80. Patrick Edlinger y effectue un solo intégral dans le film « La vie au bout des doigts ». Le site est situé dans un vallon où serpente une rivière dans le fond. L’accès aux différents secteurs s’effectue depuis l’un des trois parkings en 5 à 10 minutes : il suffit de traverser la rivière puis grimper par un des multiples sentiers situés dans le bois. La falaise est bien exposée au soleil.

 

Le vallon au site d’escalade de Buoux

 

On débute la journée sous un soleil généreux dans un des premiers secteurs dont on accède depuis le parking n°1. Nous n’avons pas le topo officiel, on se lance dans une voie; pas évident ! On consulte un topo, c’est 5b/5c (« La gibottière »). On comprend alors que l’escalade à Buoux s’annonce corsée. D’autant qu’aujourd’hui, j’ai pas la forme : une séance de blocs 2 jours plus tôt a laissé des traces…

Départ de la gibottière

 

Puis Théo grimpe plusieurs voies dans le secteur Ok Carole situé sur une terrasse à presque mi-hauteur de la paroi. La cotation à Buoux est sévère et la plupart des voies vont de 6a/6b à 8a. Une des particularités est d’escalader grâce à des prises en forme de trou où l’on peut y glisser 1 ou 2 doigts.

 

Puis BAM ! L’orage éclate, retour au parking sous les grêlons, journée finie.

 

Bivouac à quelques km de Buoux.

 

Retour dimanche sous le soleil, on grimpe dans le secteur PGF à 5 min du parking n°2, un concentré de voies accessibles en dalle : ce sera « La confiture pour cochon », « Lapin des sables » et autres. Les placements de pieds sont essentiels. Le nom des voies pas inscrit sur le rocher à quelques exceptions qui permettent de se repérer.

La confiture pour cochon

 

On rejoint ensuite le secteur Mur Zappa juste à côté où les voies sont plus verticales. C’est 5c/6a pour « Minouchette chérie » avec un départ difficile (on peut s’aider de l’arbre et ça va tout de suite mieux !) puis « PGF », un peu plus fin pour Théo. La pluie arrive, on descend.

 

 

Olivier dans « Minouchette chérie »

 

Buoux est un petit coin du Lubéron vraiment sympa où l’escalade s’effectue dans un cadre magnifique avec des voies de 1 à 4 longueurs. Ce site est plutôt réservé pour des grimpeurs d’un bon niveau mais on peut prendre plaisir sur des voies plus faciles où les petits trous (ou golots) réservent une escalade atypique. La végétation en bas des voies permet à l’assureur d’être à l’ombre. La météo a été capricieuse mais l’escalade a été bien agréable. Nous avions amené un pote avec nous (Ghis) mais le site n’est pas dédié à l’initiation, c’est partie remise.

Le pilier des fourmis, le mur du Styx et le Bout du monde (de gauche à droite) : les secteurs phares de Buoux

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oliv et Aurel - dans Escalade
commenter cet article

commentaires