Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:49

Montée au refuge de l'Aigle, 3450m

Le refuge perché sur son rocher

Le chemin d'accès

 

La montée débute au pont des Brebis, il faut prendre une petite route qui descend sur la droite 1km  après Villard d’Arêne en direction du Col du Lautaret ; il y a ensuite un parking. Le sentier monte directement à l’aplomb de ce parking, direction refuge de l’Aigle quelques 1800m plus haut ! Mieux vaut ne pas envisager la globalité du dénivelé, il faut partir doucement, le sentier est très bon au départ mais ça se gâte au fur et à mesure que nous allons prendre de l’altitude. On arrive après avoir franchi les 2000m dans un terrain de montagne, le sentier est encore bien marqué et kairné, on évolue de plus en plus souvent sur des pierriers plus ou moins instables.

Après avoir franchi un ressaut en escalade facile, on prend pied en  faite sur les restes d’un glacier entièrement recouvert de pierre, on monte dedans jusqu'à des barres rocheuses qu’il faut franchir, plutôt sur la droite, en cherchant à rejoindre l’arête, normalement il doit y avoir des balises rouges et des bâtons plantés, l’idéal est de trouver une grosse inscription « refuge de l’Aigle » (nous y sommes tombés dessus à la descente) ensuite il suffit de suivre cette arête jusqu’au début de la vire Amieux. Cette partie est la plus pourrie, attention aux chutes de pierres, apparemment chacun passe où il peut et où ça semble le meilleur, difficile de trouver la voie normale.

La vire Amieux est équipée de câbles, elle donne accès au glacier sur lequel nous prenons pied bien encordés. Les crevasses sont ouvertes, nous sommes tard dans la saison et avec cette douceur il faut être prudent sur les ponts de neige. Il faut compter 30 min de marche sur le glacier pour finir de rejoindre le refuge. La vue est imprenable sur les arêtes de la Meije et l’objectif du lendemain. Le refuge est comme on pouvait l’imaginer, simple et rustique, une seule pièce, 12 places, heureusement très bien tenu par Marie, la gardienne très sympa qui y fait un sacré boulot.

 

 

 

 

 

 

Vire Amieux, le passage qui donne accès au glacier du Tabuchet

Le panorama depuis le refuge de l'Aigle, vu sur l'objectif du lendemain

 

 

L    Le Doigt de Dieu, 3974m

 

Les cordées sont formées : Théo et Cooker, Oliv et Aurel. Nous partons au lever du jour, la trace est bien marquée, de nombreuses crevasses jalonnent la trace et une énorme nécessite un assurage, elle est assez impressionnante et le pont de neige fragile.

Au dessus nous continuons en direction de la rimaye. Nous devons attendre qu’une cordée finisse de la franchir. Nous trouvons un passage où elle est moins ouverte, par contre il n’est pas tout à fait à l’aplomb du relais et malgré les 50m de cordes il manque quelques mètres, nous faisons un relais en haut de la pente autour d’un bloc, cette pente entre 45 et 50° et tout en glace, nous posons quelques broches. Attention au mec au relais sous la rimaye, on se fait parpiner de glace ! La longueur au dessus de la pente de glace et un mixte assez facile et court, le relais au dessus est très bon.

La rimaye est très ouverte

 

 

Nous laissons crampons et piolets pour la petite traversée en rocher facile qui ne nécessite pas d’assurage, nous rejoignons en corde tendue le pied de la partie finale rocheuse. Les deux longueurs sont faciles en III mais l’ambiance est bien là, la face sud est bien gazeuse et nous approchons des 4000m ! Après ces deux longueurs on termine par du rocher facile qu’on peut faire corde tendue jusqu’au sommet.

La dernière partie rocheuse

 


360° de folie au sommet, vue imprenable sur tout le massif des Ecrins, des cordées qui terminent la traversée des arêtes depuis le refuge du Promontoire nous rejoignent.

La descente s’effectue par une succession de rappels. Attention, après avoir refait en sens inverse la traversée, le premier rappel est court, et donne accès à un bon relais sur chaine, ne pas prendre l’autre relais  sur sangle qui est à 10m plus à droite, il est pourri ! Le dernier rappel (50m) obligatoire permet de franchir la rimaye avec un joli saut en pendulant, très fun ! Retour sans encombre jusqu’au refuge, prudence toujours avec les crevasses.

Assurage conseillé sur ce pont de neige

 

Cette course est vraiment magnifique, elle est très variée et un peu engagée (à notre niveau), en fin de saison comme c’était le cas pour nous on obtient une cotation supérieure, un bon PD+ ; on bénéficie d’un rocher sec mais cependant d’un glacier crevassé et d’une rimaye très ouverte !

Le Doigt de Dieu vu de la Meije Orientale

 

Olivier, Aurélien et Théo

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oliv et Aurel - dans Alpinisme Ecrins
commenter cet article

commentaires

Vivalpi 20/09/2010 19:51


Bonsoir
Non, le refuge de l'Aigle n'est pas refait, le permis de construire est en stand by.


Pascal S 04/09/2010 10:20


Bonjour,
Bienvenue dans la communauté montagnes & sports.
Veuillez m'excuser pour la réponse vraiment tardive, simplement des difficultés perso et sportive ne m'ont pas laissé le temps de m'occuper ni de la communauté ni de mon blog...
N’hésitez pas à nous faire découvrir vos passions d’altitude en été comme en hiver…
Au fait, le refuge de l'aigle a-t-il été refait ?
Je vous souhaite une excellente fin de saison.