Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 14:51

La traversée des arêtes de la Bruyère est un parcours de moyenne montagne, aérien, relativement court, de difficulté AD, sur un rocher de qualité avec des points de vue agréables sur les Ecrins. Nous avons choisi cette course car nous ne disposons que d’une petite journée ce week-end là. L’escalade est donnée IV+ au maximum, le plus souvent II et III. Des pitons bornent les passages les plus techniques, l’équipement à emmener est celui traditionnel d’une course d’arêtes avec une corde de 50m.

Départ matinal après une nuit à la belle étoile dans un pré. Nous montons doucement en direction de l’Alpe-du-Lauzet en admirant l’imposante Aiguillette du Lauzet et la ligne évidente qui parcourt la face (future escalade ?). La marche est agréable, nous avons des sacs plus légers que d’habitude, on suit un ruisseau et on se dirige au col de la Ponsonnière (compter 1h15 environ). De là, le départ de l’escalade est situé à deux minutes.

16Les arêtes de la Bruyère : il faut rester en permanence sur le fil de l’arête pour se faire plaisir

Le départ s’effectue dans un dièdre à l’aplomb du second gendarme, la cotation est IV+ et s’est bien patiné  (uniquement cette longueur). Nous grimpons sur la partie gauche du dièdre. La deuxième longueur mène par l’arête au sommet du grand gendarme.

27.jpg43

Montée à la brèche puis au sommet du second gendarme avec le lac en contrebas

Nous continuons sur le fil de l’arête en corde tendue, il y a un peu de désescalade facile puis nous sommes au sommet du troisième gendarme, l’arête est ensuite plus régulière avec une succession de petits ressauts et désescalades. C’est plutôt amusant.

42.jpgEn direction du troisième gendarme

54.jpg57.jpg64.jpgEscalade facile mais aérienne sur l’arête

Nous rejoignons alors un rappel (environ 15 m) puis l’escalade reprend en restant au maximum sur le fil de l’arête. Il y alors un passage un peu plus difficile (présence de pitons) sur une dalle raide.

72.jpg

La suite de l’itinéraire est évidente avec un second rappel puis nous arrivons à la base du dernier gendarme, nous décidons de le contourner par la droite (versant Ouest) et escaladons une cheminée (exposé) menant à son sommet. La fin peut être plus facile en contournant par la vire la totalité du gendarme.

Bilan : 1h30 d’approche, 3h30 d’escalade sans aller vite, une pose casse-croûte (tout de même) et une petite heure de descente (1 rappel de 25m marqué par un cairn en continuant depuis le sommet par l’herbe en direction du sud).

7581

En toile de fond : La Meije et les Agneaux

Bien sympa cette sortie, avec un soleil au rendez-vous, comme bien souvent dans les Ecrins. Il n’y a pas "l’ambiance haute-montagne" mais il suffit d’une petite journée pour se faire plaisir. Globalement, il y a 1000 m de dénivelé positif, c’est plutôt soft et c’est toujours une expérience de plus sur un terrain d’arête où il est toujours agréable de grimper. Sans oublier le panorama trois étoiles.

 

Olivier & Théo

Partager cet article

Repost 0
Published by Oliv et Aurel - dans Alpinisme Ecrins
commenter cet article

commentaires