Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 10:02
L’objectif de l’ascension est clair. Parcourir un itinéraire sauvage, loin des sentiers battus avec au final le sommet des Rouies (Valgaudemar). Ce sera une ascension assez longue : l’escalade de l’arête du Pic Occidental du Vaccivier (ou Pointe Duhamel) avec une difficulté technique limitée (IV maxi sur 30m) mais un véritable itinéraire à tracer sur cette arête qui ne doit être que rarement parcourue puis nous rejoindrons le glacier des Rouies jusqu’au point culminant à 3589m. La cotation globale est AD.

 

Jeudi soir : nous appelons le gardien du refuge du Pigeonnier pour réserver pour le samedi, mais c’est la nuit des refuges, complet ! Tant pis, nous allons bivouaquer, nous serons plus chargés pour la montée mais ça sera sympa, à coup sûr. La cordée gapençaise (Olivier et Théo) est accompagnée par 2 amis surmotivés pour leur première saison d’alpinisme. Ils feront une voie plus facile et plus directe par le couloir des Rouies.

 

Départ depuis le refuge du Gioberney (1642m) en direction du refuge du Pigeonnier, le sentier est agréable, il domine le Torrent de Muande Bellone pendant 1h avant de monter à l’aplomb du refuge. Nous apercevons alors l’arête et la pointe Duhamel qui constituera la première partie de l’ascension.

DSC01137tracéL’arête menant à la pointe Duhamel (ou Pic W du Vaccivier), en rouge : le départ de l’itinéraire

Nous allons essayer de bivouaquer juste sous l’arête pour aller repérer le départ, histoire de gagner un peu de temps lorsque nous partirons à l’aube. Nous trouvons un magnifique belvédère pour installer les deux tentes. Nous sommes bien installés, un peu dans les nuages mais quel luxe de profiter de la montagne de cette manière ! Nous observons l’arête toute la soirée, ça nous laisse perplexe, l’itinéraire n’est pas du tout évident, la description du Labande est difficile à déchiffrer. Bon, « tant fais pas, on verra bien » dixit Théo.

DSC01014Le bivouac

Levé matinal, on plie tout et on planque les affaires, on part léger avec que des choses utiles. Dix minutes de marche et nos deux amis nous quitte, nous rejoignons alors le départ de la voie. A froid alors que le soleil ne s’est pas encore levé, c’est bien raide surtout avec les grosses aux pieds, du coup on choisit de tirer une petite longueur. Protection sur coinceur bien sûr.

DSC01049Le départ de l’itinéraire, Théo s’y lance

DSC01052Le Sirac comme décor d’ascension

La suite du parcours est une succession de grandes vires caillouteuses ascendantes avec par ci par là des passages un peu plus raides. Nous ne consultons que très peu le topo, nous essayons de suivre un parcours au feeling avec pour objectif une tour avec un dièdre, c’est le passage le plus technique (cotation IV il me semble), nous y arrivons 1h30 après le départ. On tire une longueur de 40m.

DSC01058Le crux de l’itinéraire, rien de difficile

A la sortie du passage, nous rejoignons alors réellement pour la première fois l’arête, l’itinéraire devient évident. La progression se fait à nouveau corde tendue en suivant le fil de l’arête peu aérienne. On enchaîne alors sur une partie un peu plus raide mais toujours facile.

DSC01065DSC01069DSC01078


4h après le départ nous arrivons sur la croupe en neige : on met les crampons, et hop à peine 5 min pour être au sommet de la pointe Duhamel. Nous profitons de la vue, le ciel est bien découvert. On débute alors la descente en direction de l’ouest vers le petit col dominant la sortie du couloir qui nous sépare du glacier des Rouies (20 min). Nous déposons tout l’attirail sur le glacier, nous gardons un brin de corde et un piolet et attaquons la traversée du glacier complètement bouché.

DSC01098Le glacier des Rouies avec le sommet au fond

Au moment d’attaquer la petite pente finale, les jambes sont lourdes et c’est au courage que nous rejoignons le sommet dans les nuages. Bien heureux une fois de plus d’être en haut d’un sommet après 6h d’effort. Cependant, nous ne pouvons pas apercevoir l’Olan pourtant proche.

           DSC01108DSC01110

Olivier et Théo au sommet des Rouies


Pour la descente (1h jusqu’au bivouac), le soleil éclatant est de la partie, le retour se fait par la voie normale jusqu’au bivouac où nous attendent patiemment les deux collègues bien contents de leur ascension.

DSC01119Descente sur le glacier (la Pointe du Vallon des Etages au 1er plan à droite)

Un bon casse-croûte, et nous redescendons dans la vallée du Valgaudemar.

 

L’ascension des Rouies par la Pointe Duhamel est originale et à coup sûre atypique. Elle se déroule dans un cadre sauvage, loin des foules des grandes voies normales. Quel plaisir de rechercher son itinéraire sans engagement particulier, l’arête ne présentant pas de difficultés insurmontables. Par contre, nous n’avons pas probablement respecté l’itinéraire décrit dans le « Labande ». La traversée du glacier des Rouies et le final est facile et beau. Le rocher est de qualité correcte sur l’arête : c’est un itinéraire recommandable pour apprendre doucement à grimper avec les chaussures d’alpi. C’était notre premier bivouac sous tente en haute-montagne, au pied de l’ascension.

 

Olivier et Théo

Partager cet article

Repost 0
Published by Oliv et Aurel - dans Alpinisme Ecrins
commenter cet article

commentaires